Croisière plongée aux Maldives en petit groupe, magnifique !

Croisière plongée aux Maldives en petit groupe, magnifique !

Si vous êtes plongeur et que vous arrivez sur cet article, c’est que vous avez déjà surement entendu parler des Maldives comme destination phare de la plongée sous-marine.. Si vous n’êtes pas plongeur, vous allez aussi en prendre plein les yeux !

Ce que j’aime dans les sports de nature que je pratique, c’est d’être en petit groupe ou seul. Les grandes concentrations de personnes pratiquant au même moment, au même endroit, me plaisent peu. Pour la plongée, ce sentiment est d’autant plus fort que le but est d’observer la vie sous-marine, calmement, sans qu’elle soit effrayée et sans se marcher dessus (ou se palmer dessus en l’occurrence ici). Pour mon premier voyage plongée j’ai essayé de mettre toutes les chances de mon côté pour éviter ces situations… et ce fut une réussite !

En septembre 2021, après deux étés a intensifier ma pratique de la plongée (et passer mon niveau 2), je me suis lancé dans l’idée de faire une croisière plongée. Cela faisait un bout de temps que j’avais pour projet d’aller observer des pélagiques, notamment requins et raies manta, bref voir « du gros ». Les Maldives sont vites apparues comme une évidence et la meilleure période collait bien avec mes disponibilités en janvier / février. J’ai fait le tour sur le web de quelques  agences de voyages spécialisées dans la plongée, mais les croisières étaient de 7 jours et quitte à aller loin je souhaitais 10 jours minimum.  Mais ce qui m’embêtait le plus c’était que toutes ces croisières étaient sur des bateaux assez gros, type yacht, avec au moins 20 à 25 plongeurs à bord. Préférant être en petit groupe, me retrouver à autant  ne m’enchantait pas forcément. En fouinant sur internet à la recherche de croisière en petit groupe, j’ai découvert une agence française locale, Sun Maldives Croisières, avec une croisière de 10 jours, sur un bateau de type traditionnel maldivien, le Koimala (c’est son nom), avec maximum 10 plongeurs à bord. Cerise sur le gâteau et surtout gros coup de bol pour moi, une fois arrivé à bord, j’ai eu la bonne surprise d’apprendre qu’en fait nous ne serions que 4 plongeurs car un groupe de 6 plongeurs avait annulé quelques semaines auparavant à cause du Covid et du risque de fermeture des frontières. Du coup, on était encore plus à l’aise dans l’eau et sur le bateau !

Koimala ©photo Romain Le Pemp

Les croisières plongée aux Maldives s’organisent avec un bateau « hôtel » qui dispose d’un petit  bateau de plongée qui le suit, appelé un dhoni. Cela à l’avantage de pouvoir s’approcher des sites avec ce dhoni plus facilement, de laisser tout le matériel de plongée à son bord et enfin de ne pas avoir le compresseur (et son bruit) à bord du bateau principal pour remplir les bouteilles de plongée. Pour ma croisière, j’étais sur le Koimala, un bateau traditionnel Maldivien qui a été transformé en bateau de croisière pour la plongée et pour le surf (les Maldives sont aussi une destination surf lorsque justement les conditions ne sont pas bonnes pour plonger).

Raie aigle en plein vol ©photo Romain Le Pemp
Poisson chirurgien ©photo Romain Le Pemp
T'as de beaux yeux, tu sais ! ©photo Romain Le Pemp

Le parcours et les types de plongée aux Maldives

Les Maldives s’entendent sur environ 800 km du nord au sud et sur une grosse centaine de km de l’ouest à l’est, avec près de 1200 îles réparties dans 26 atolls. Seule 200 de ces îles sont habitées par la population locale et presque autant sont occupées par des hôtels luxueux. Ces atolls coralliens et ces iles offres d’innombrables sites de plongée. Les bateaux de croisières de plongée vont d’atoll en atoll afin de découvrir différents sites dans chaque atoll.

Pour ma première venue aux Maldives, parmi les différents types de parcours, on m’a conseillé de faire celui du centre, le plus varié en type de plongée et d’observations sous-marine. Les parcours descendant dans le grand-sud ont presque que des plongées dans des passes (espace ouvert d’un atoll où l’eau entre et sort vers l’océan). N’en ayant jamais fait et ne sachant pas si cela me plairait, j’ai préféré suivre les conseils et découvrir le centre en pouvant faire différents types de plongée :

Plongée sur les thila :
Un thila, aussi appelé grosse patate de corail, est une zone avec beaucoup de faune et flore sous-marine. Plonger sur ces sites permet de se promener autour et sur le thila à la découverte des espèces qui ont élu domicile ici. Avec des conditions calmes, sans courant, c’est une balade formidable dans un immense aquarium. Si le courant est de la partie, il faudra jouer avec les rochers pour se  protéger et éviter de trop palmer.

Plongée dans les passes :
Une passe est le passage entre un atoll et l’océan où l’eau peut passer d’un endroit à l’autre sur une  largeur et profondeur plus importante que sur le pourtour de l’atoll. A l’intérieur de la passe, un courant entrant ou sortant  domine et draine avec lui la vie marine, une eau plus ou moins oxygénée, de la nourriture.. Lorsque le courant est entrant, de l’océan vers l’atoll, les requins se placent à l’entrée de la passe côté extérieur et font des aller retour sur toute la largeur. Le courant favorise leur oxygénation. Pour le plongeur, il n’y a qu’à se placer sur la marche de la passe, entre 20 et 30 m de profondeur pour  admirer les requins et autres espèces. Mais, qui dit courant, dit difficulté de rester en place pour un plongeur ou effort demandant beaucoup de consommation  d’air, donc pour éviter cela, on s’accroche sur le fond de la passe au niveau de la marche avec un « crochet à passe ». Ce petit crochet, relié au gilet stabilisateur, agrippant un rocher, permet  de rester en stationnaire, sans que le corps ou les palmes du plongeur ne touche les fonds marins.

Plongée sur les stations de nettoyage à raie manta :
Les stations nettoyage à raies manta ont un nom assez explicite. Les raies manta viennent sur un endroit bien défini, assez petit en taille, à une quinzaine de mètres de profondeur, pour être nettoyé par des petits poissons qui se nourrissent des parasites présents sur les raies. Ces poissons, les labres, interviennent aussi sur d’autres espèces marines comme les requins,  en leur nettoyant l’intérieur de la bouche par  exemple. Sur ces endroits, les raies manta tournent en rond ou fond des looping, toujours sur un espace assez réduit, avant de repartir nager une fois que le nettoyage est fait. Les plongeurs prennent place autour, en restant bien au fond pour ne pas les déranger durant leurs mouvements.

Plongée sur épave :
Les rares épaves aux Maldives ont été mise en place par des clubs de plongée locaux il y a des années, mais ne représentent pas un intérêt historique comme cela peut être le cas dans d’autres destinations. Les épaves sont devenues des récifs pour les poissons et la flore, donc plonger dessus permet  d’observer la vie sous-marine.

Plongée nocturne :
La plongée de nuit se fait sur un thila, dans des conditions calmes de courant et de bonne visibilité. C’est le moment où la chasse est ouverte sous l’eau.

Dans un banc ©photo Romain Le Pemp
Requin gris de récif ©photo Romain Le Pemp
Poisson bagnard, poisson perroquet et poissons soldat ©photo Romain Le Pemp

Déroulement d’une journée lors de la croisière plongée

Les journées se déroulent sur le même rythme. Réveil vers 6h du matin pour une rapide collation, avant le briefing de la première plongée. Sans attendre, on embarque à bord du dhoni pour une navigation de 5 à 10 minutes environ vers le site de plongée, juste le temps de s’équiper.  En arrivant sur site, un moniteur se met à l’eau en masque et tuba pour vérifier le courant, sa force et son orientation. En fonction de cela, soit la mise à l’eau se fait ici, ou plus loin. Il est environ 7h. La plongée se réalise suivant le déroulement établi, elle dure généralement entre 45 et 55 minutes, puis retour au dhoni. Celui-ci nous ramène au Koimala, toutes les affaires de plongée restent dans le dhoni. A bord du Koimala, un bon petit déjeuner nous attend. En parallèle le capitaine et le matelot du dhoni s’éloignent pour aller faire tourner le compresseur plus loin pour charger les bouteilles de plongée, puis se ré-amarrer au Koimala.

Après le petit déjeuner, vers 8h30, c’est repos, lecture, discussion, sieste. Le rdv est donné vers 10h30 pour le briefing de la deuxième plongée. Cet intervalle peut être aussi un moment de navigation pour rejoindre un autre site de plongée plus éloigné. Puis rebelotte pour le même déroulé pour la deuxième plongée, briefing, dhoni, préparation, mise à l’eau, plongée, retour. Puis en revenant à bord, c’est un excellent déjeuner qui nous attend, puis repos, sieste, lecture, navigation, etc..

Puis, après ce  repos, un petit encas est  proposé pour le gouter avant  de faire le briefing pour la troisième plongée et rerebelotte. Au retour de la plongée, après une petite douche, l’heure de prendre encore un très bon repas, puis soirée tranquille sur le pont, avant d’aller au lit et recommencer le lendemain. Lors des deux plongées nocturnes, la troisième plongée est juste décalée dans le timing.

La vie à bord est donc rythmée par les plongées (normal pour une croisière plongée), les très bons repas cuisinés à bord et le repos.. y’a pire comme programme je vous l’accorde. La navigation a lieu durant les temps de repos afin de rejoindre un autre site de plongée au sein du même atoll ou entreprendre une traversée pour rejoindre un autre atoll.

Requin nourrice ©photo Romain Le Pemp
Nombreux requins nourrice ©photo Romain Le Pemp

La vie sous-marine

Venons-en aux choses sérieuses, si on vient plonger aux Maldives c’est pour ce qu’il y à voir sous l’eau !! Au-dessus c’est sympa aussi, mais les luxueux ressorts sur les îles privées, ce n’est pas ma passion et en plus sont très onéreux.
Sous l’eau, c’est superbe, notamment la faune, avec de nombreuses espèces de poissons de récif et de pélagiques (= qui vivent en pleine mer)  !! La diversité des types de plongée permet de voir d’innombrables espèces de poissons, requins, tortues, raies, coraux ..

Voici un tout petit aperçu en photo (j’ai qu’un petit appareil photo sous-marin, sans apport de lumière, donc les photos seront moins belles que sur les magazines 😉 :

Requin pointe blanche devant la passe ©photo Romain Le Pemp
Tortue sur thila ©photo Romain Le Pemp
Requin baleine !!!! ©photo Romain Le Pemp
Poisson pérroquet ©photo Romain Le Pemp
Ballet de raies manta ©photo Romain Le Pemp
Requin nourrice ©photo Romain Le Pemp
Raie pastenague ©photo Romain Le Pemp
Vivaneaux ©photo Romain Le Pemp
Un poisson napoléon au loin ©photo Romain Le Pemp

Petite immersion en plongée

Avant ce séjour, j’avais environ 60 plongées à mon actif. Durant mon séjour, j’ai pu faire 23 plongées, ce qui représente pour moi une part importante de ma petite expérience de plongeur. La vie sous-marine rencontrée, la diversité des plongées, l’enchainement facile de plongée offerte par le bateau, la visibilité, l’eau chaude et la bonne humeur à bord me resteront longtemps comme une magnifique expérience, avec des souvenirs de rencontre de la faune sous-marine plein la tête.

Les plongées dans les passes et la découverte du courant m’ont vraiment bien plus, d’une part par cette sensation d’être au premier rang d’un spectacle, accroché sur la marche de la passe, à admirer le ballet des requins, 5, 10, 15 en même temps devant nous, incroyable.. Le temps est comme arrêté durant ce moment, on pourrait rester à les regarder des heures, sauf que l’on est contraint par les temps possibles sans décompression sous l’eau et à 25 – 30 mètres de profondeur, ça défile vite… Mais vient le deuxième moment sympa de cette plongée, assez ludique, lorsque l’on enlève le crochet qui nous retient et que le courant nous emporte à l’intérieur de la passe. On est aspiré dans un flux, en suspension, sans faire d’effort, l’occasion de faire quelques figures acrobatiques, les palmes en haut et la tête en bas, de la marche arrière, en boule, bref tout ce qui peut passer par la tête. Progressivement, au fur et à mesure que l’on avance vers le centre de l’atoll, le courant diminue et s’arrête. Il est temps de remonter à la surface avec un énorme sourire sur le visage qui va rester un moment.

Requins pointe blanche devant la passe ©photo Romain Le Pemp

Les plongées sur les stations de nettoyage à raies manta sont incroyables. Après la mise à l’eau, on descend un peu à l’écart du site pour ne pas « tomber » sur les raies manta qui pourraient y être. On approche tranquillement vers un espace pas très grand, plutôt plat et circulaire à une quinzaine de mètres de profondeur. Parfois des raies manta sont là, parfois non, c’est aussi pour ça que la connaissance des moniteurs est importante mais également le moment où l’on va à l’eau pour ne pas se retrouver à 40 plongeurs sur ce petit endroit. Nous avons été quasiment seuls à chaque plongée pour admirer les raies manta. Lorsque l’on est arrivé sur le site, il y en avait 2 ou 3. Déjà l’émerveillement était là, de voir ces raies manta virevolter, faire des looping, dans un petit espace, tout en se faisant nettoyer par les labres, ces petits poissons nettoyeur. Mais lorsque au bout de quelques minutes, d’autres sont arrivées et qu’en faisant le compte, 12 raies manta étaient là, devant nous, avec leur envergure imposante, c’était fou. Moi qui n’en avais jamais vu, en voir autant, de si près dans leur éléments était magique. Cela s’est répété de nouveau lors d’une autre  plongée sur un autre site. Les tâches noir sur le ventre des raies manta sont uniques, c’est leur empreinte digitale à elles.

Au spectacle, raies manta au programme

La plongée sur un thila permet de se promener et de faire une plongée exploration. La balade sous-marine permet de prendre son temps pour observer les nombreux petits et gros poissons, les coraux et la flore sous-marine. C’est la plongée où l’on peut observer des poissons bagnard, des poissons chirurgien, des poissons perroquet,  des mérous, poissons napoléon, poissons coffre, barracudas, murènes, tortue, carangues… tout en apercevant de temps en temps des requins un peu à l’écart sur les extérieurs. La flore n’est pas en reste non plus, avec les coraux qui forment des sortent de plateaux, offrant de multiples recoins pour les petites espèces ou pour les juvéniles, des coraux colorés, des plantes ..

Un poisson napoléon au loin ©photo Romain Le Pemp

Quand le soleil se couche et que l’on se dirige avec le dhoni vers le site pour la mise à l’eau d’une plongée nocturne, l’ambiance est différente qu’en journée. Les procédures sont aussi différentes, avec les torches qui deviennent indispensables pour y voir mais aussi comme un élément de sécurité pour être vue lorsque l’on remontera à la surface. En plongée nocturne, c’est l’occasion de voir les espèces sous-marine sous un autre angle. D’une part la vision est réduite à la taille du faisceau de lumière, donc les rencontres sont plus soudaines et furtives. Ensuite, la nuit est le moment les animaux chassent le plus, aidé par la faible visibilité pour s’approcher au plus près de leur proie. Les attaquent sont plus franches qu’en journée, ça s’agite dans tous les sens pour chasser ou se cacher. Les murènes, qui en journée n’ont que la tête qui dépassent des  trous dans la roche, dans la nuit nagent en pleine eau à la recherche de leurs repas.

La rencontre avec les requins baleine s’est faite en snorkeling. Ce fut un immense bonheur de nager avec eux, mais en même temps, il y  a un goût un peu amer quand on voit les conditions de ce type de rencontre. Beaucoup de monde guettent sur les bateaux l’apparition d’un requin baleine dans une zone connue, quelques bateaux de plongeur sont là mais c’est surtout les bateaux des hôtels qui affluent par dizaine sur ce site où le requin  baleine vient souvent. Lorsque un  requin est repéré, c’est une course entre les bateaux qui se met en place pour arriver le plus vite dessus et déverser tous les passagers avec  masque, tubas et gilet de sauvetage. Il devait y avoir facilement une quarantaine de personnes au début autour d’un requin (par contre personne ne le touchait, il y avait ce minimum de respect). Nos moniteurs nous racontait que cela montait à plus de 80 personnes. Rapidement deux autres requins sont apparus au même endroit, permettant la dispersion des snorkeleurs aux gilets de sauvetage. Mais les requins baleine ont deux atouts dans leur nageoire, le premier est qu’il avance plus vite que 90% des touristes qui n’avaient pas de palmes ou pas de souffle pour les suivre, le second si ils en ont marre, ils plongent et personnes avec un masque et tuba ne pourra les suivre. Au bout de 10 minutes d’agitation, on n’était plus que 4 à côté de lui, à palmer tranquillement en le regardant. On a nager plus de 30 minutes avec lui comme ça, c’était génial de le voir évoluer, avec sa taille imposante et son air tranquille.

Il y a toujours une part de chance dans les observations sous-marine, sur ce séjour j’ai été gâté, les conditions de visibilité et de courant étaient top, la faune était au rendez-vous et en nombre, on n’était peu dans le bateau et il y avait moins de bateaux sur l’eau en raison du ralentissement des séjours avec le covid.

Jusqu’à cette croisière  plongée aux Maldives, mes expériences de plongées étaient surtout liées à des opportunités lors de voyages (Thaïlande, Italie, Espagne, La Réunion) ou de WE à Marseille. Cette croisière plongée fut l’occasion de beaucoup de premières pour moi (rencontres avec requins,  raies manta,  plongée dans les passes …). Nos deux moniteurs, Charlotte et JC étaient au top et toute l’équipe du Koimala et du dhoni étaient très professionnelle et sympathique, MERCI. Avant ce séjour j’aimais plonger, mais maintenant que j’ai encore plus découvert les possibilités offertes et cette sensation unique d’évoluer avec les requins, raies et autres poissons de récif, je me dit que ce sport est vraiment unique et magnifique. Vivement la prochaine plongée et j’espère continuer à découvrir les Maldives ou une autre destination comme ça.

Quelques informations pratiques

Pour la plongée, la croisière ou l’hôtel ?

Les Maldives sont connues pour les plongées, mais encore plus pour ces hôtels luxueux sur pilotis sur des petites îles entourées d’eau bleu claire et de plage paradisiaque.. bref la carte postale. C’est assez impressionnant de voir le nombre d’hôtels et tous ceux en construction. Certains sont très luxueux et sur des îles éloignées, d’autres sont sur des îles proches de Malé où le port de commerce et ces gros bateaux ne sont pas loin. Méfiance si vous choisissez un ressort de regarder sur une carte où il se situe. Dans les deux cas, ce n’est pas donné et vous n’aurez pas le choix de prendre les excursions de l’hôtel si vous ne voulez pas juste rester sur la plage. Si vous êtes plongeur, il n’y a pas photo, une croisière plongée est beaucoup mieux pour explorer les fonds et sera moins onéreuse.

Vue sur une ile hôtel ©photo Romain Le Pemp

Meilleure période pour la plongée aux Maldives

La meilleure période pour la plongée sous-marine aux Maldives est de Janvier à Avril. Il y a des séjours avant et après, mais pour avoir les meilleures conditions et éviter la saison des pluies, c’est cette période à privilégier.

Parcours croisière plongée aux Maldives

Globalement la plupart des agences proposent 3 à 4 grands types de parcours :
le parcours nord : boucle qui va explorer les sites sur les atolls au Nord des Maldives, au dessus de Malé
le parcours centre : boucle qui explore les atolls du centre des Maldives, c’est le parcours avec le plus de diversité de type de plongée, celui que j’ai fait
– le parcours sud : plongées presque exclusivement en passes, nécessite un vol intérieur à aller ou au retour, car le parcours ne fait pas une boucle

Requins ©photo Romain Le Pemp

Budget séjour croisière plongée aux Maldives

Plusieurs facteurs vont jouer sur le budget d’un séjour en croisière plongée :
– la durée de votre croisière, 7 jours, 10 jours, 12 jours, 14 jours
– le degrés de confort de votre croisière et les services annexes, cela va de la croisière de plongée de qualité avec un confort standard, à des croisières plongée de luxe avec spa, massages, etc..
– si vous organisez vous-même votre séjour en prenant vos vols et réservant  la croisière ou si  vous faites appel à une agence de voyage plongée spécialisée  qui va s’occuper de tout pour vous

Pour mon cas :
.l’aller-retour en avion (Lyon – Malé avec une escale à Dubaï) : 860€
.la croisière : 1990 €
.option nitrox : 120 €
.ensuite il faut compter les à côté : pourboires, boissons, carte sim, nuit et repas si vous arrivez comme moi plus tôt sur place ..

Santé et plongée

– Durant votre séjour, pour éviter les problème d’oreille, bien se rincer et  sécher les oreilles après chaque plongée
– Apporter une pharmacie avec de quoi vous soigner et faire face à des imprévus pour les yeux, oreilles, digestif, coupure.. Généralement les agences préconisent une liste.

Connexion web et 4G

4G : si vous souhaitez avoir de la connexion web, penser à acheter une carte sim, il y a deux boutiques à l’aéroport à Malé qui en vendent. Environ 40€ pour avoir pas mal de data

Si vous avez des questions ou un retour d’expérience à partager, n’hésitez  pas à l’inscrire en commentaire ci-dessous, j’y répondrai rapidement.

No Comments

Post A Comment