Randonnée en itinérance dans la Vallée d’Aoste 🇮🇹 sur la Via Francigena

aoste, italie, via francigena, alpes, randonnée

Randonnée en itinérance dans la Vallée d’Aoste 🇮🇹 sur la Via Francigena

Avant de rentrer dans le vif du sujet, un rapide lexique s’impose afin de bien s’immerger dans l’article !
La randonnée, c’est bon tout le monde voit ce que c’est !
L’itinérance, cela permet de parcourir un itinéraire assez long sur plusieurs jours ou semaines, en dormant dans des gîtes, refuges, camping etc…
La Vallée d’Aoste est une région Italienne des Alpes, frontalière avec la France. Ses 2 villes connues sont Aoste et Courmayeur, on y accède notamment côté français par le tunnel du Mont Blanc.

C'est ici ©photo Romain Le Pemp

La Via Francigena (ou route des Francs), est à l’origine une ancienne route commerciale entre l’Italie et la France. Au Moyen Âge elle est utilisée pour le pèlerinage depuis Canterburry jusqu’à Rome, en traversant une partie de l’Angleterre, la France, la Suisse et l’Italie. Cette voie servira également comme route militaire, notamment utilisée par Napoléon pour traverser les Alpes. Retrouvez le parcours complet ici.

aoste, italie, via francigena, alpes, randonnée
Le symbole de la Via Francigena ©photo Romain Le Pemp

Maintenant que le contexte est plus clair, on peut se demander, mais comment en est on arrivé là ? La réponse pragmatique est : en voiture 😂.

Mais la véritable histoire remonte en juin 2016 lorsque nous étions en vacances en Toscane et que nous avons vu le balisage de cette Via Francigena. Cela a attisé notre curiosité et après quelques menues recherches auprès d’un bon ami (il s’appelle Google, peut être que vous le connaissez également ?), nous nous sommes dit “et pourquoi pas traverser l’Italie par cette voie historique pour rejoindre Rome“. L’idée était donc lancée de faire la partie Italienne de cet itinéraire en plusieurs fois (plus facile au niveau du calendrier que de le faire en une seule traite). Ni une, ni deux, un an plus tard nous voilà commençant ce chemin à partir de Boug-Saint-Pierre le dernier village Suisse avant le col du Grand-Saint-Bernard, marquant la frontière avec l’Italie.

C’est donc entre Bourg-Saint-Pierre et Ivréa que nous avons randonné pendant 7 jours, nous permettant ainsi de traverser la Vallée d’Aoste. Deux grandes parties caractérisent ce parcours, une première en montagne entre la Suisse et la ville d’Aoste qui fait passer de 2500 m d’altitude à 800 m. La seconde partie nous a conduit d’Aoste à Ivréa en descendant la vallée par les coteaux.

Un compte rendu étape par étape aurait été un peu long, je préfère vous montrer les différentes caractéristiques rencontrées le long de cet itinéraire dans cette vallée, mêlant montagne, vignes, villages, Histoire et rencontres. Vous trouverez en fin d’article quelques conseils pratiques liés à ces étapes.

Le col du Grand-Saint-Bernard 

aoste, italie, via francigena, alpes, randonnée
Vue depuis la Suisse vers l'Italie ©photo Romain Le Pemp

C’est toujours particulier de venir en été dans un lieu que l’on a vu 6 mois plus tôt recouvert de neige, lors d’un week-end ski de randonnée. Pour tout connaître sur ce col, son hospice, ses célèbres chiens, la venue de Napoléon, je vous invite à découvrir ou redécouvrir mon article de janvier dernier.

En venant en été, en plus du paysage différent, c’est également une ambiance différente, moins sauvage et moins reculée que nous avons découvert. La route du col étant ouverte l’été, les voitures, les motos et le nombre significatif de touristes enlèvent de la mysticité à cet endroit. Bien que celui-ci soit quand même très agréable en été et offre un superbe paysage et des belles randonnées, je vous conseille si vous en avez la possibilité d’y venir en hiver ou au printemps.

La montagne

La vallée d’Aoste compte parmi les sommets les plus emblématiques des alpes, comme le Grand Paradis, une partie du massif du Mont Blanc, du Cervin ou encore du Mont Rose. Cela plante le décors !! Amis randonneurs, alpinistes, vététistes, amoureux de la nature, la vallée d’Aoste est pour vous. Tout au long de cette partie de l’itinéraire, on passe son temps la tête en l’air pour admirer les sommets alentours. Même une fois arrivé dans la vallée, on est encore dans cette ambiance alpine, immerger au coeur des hauts sommets proches.

 

Côté suisse ©photo Romain Le Pemp

aoste, italie, via francigena, alpes, randonnée
Côté Italien ©photo Romain Le Pemp

Les villages 

Nous avons traversé de nombreux petits villages,  que ce soit en montagne en descendant du col du Grand Saint-Bernard ou ensuite le long de la vallée. Ce sont des villages avec de la vie et bien entretenus que nous avons trouvé, où il fait bon s’arrêter pour une pause ou pour passer la nuit.

aoste, italie, via francigena, alpes, randonnée
Saint Rhemy en Bosses ©photo Romain Le Pemp
aoste, italie, via francigena, alpes, randonnée
Des villages encore habités ©photo Romain Le Pemp

Les vignes 

Les vignes font leur apparition juste avant d’arriver à Aoste. Ensuite, d’Aoste à Ivréa, c’est une succession de vignes que nous avons traversé, en découvrant des techniques particulières de plantation, afin de tirer partie au mieux de la géographie et du climat. Avec ses vignobles à plus de 700 mètres d’altitude, parmi les plus élevés d’Europe, les vignerons ont du s’adapter et optimiser les ressources disponibles afin de pouvoir produire au mieux. C’est très agréable de traverser ces vignobles et offre vraiment une vision que l’on n’a pas l’habitude de voir avec ces vignes entourées de montagne.

aoste, italie, via francigena, alpes, randonnée
Vignes étagées ©photo Romain Le Pemp

Les treilles des vignes sont suspendues sur des pergolas reposant sur des piliers en pierre. Cela offre une meilleure exposition au soleil et permet de profiter de la chaleur dégagée par les pierres et ainsi d’éviter le gel.

aoste, italie, via francigena, alpes, randonnée
Vignes suspendues ©photo Romain Le Pemp

La gastronomie 

Saviez vous que le jambon d’Aoste que l’on trouve partout ne vient pas de la vallée d’Aoste ? Le véritable jambon cru de la vallée d’Aoste, est le jambon de Bosses, fabriqué dans le petit village de Saint-Rhémy-en-Bosses. Il doit sa renommé et son goût à son affinage long et une aromatisation avec des herbes spécifiques. Maintenant, lorsque vous achèterez du jambon d’Aoste, vous saurez qu’il n’a rien à voir avec la vallée d’Aoste.

aoste, italie, via francigena, alpes, randonnée
Le vrai jambon de la Vallée d'Aoste ©photo Romain Le Pemp

Autres spécialités locales, la fontina (ou fontine en français) est un formage de lait de vache. Au niveau des vins, la DOC Valle d’Aosta regroupe les différents vins de la vallée. On peut citer le vin de Morgex et de la Salle, produit sur les contreforts du Mont-Blanc.
Ca donne envie de manger tout ça ..

aoste, italie, via francigena, alpes, randonnée
©photo Laure-Elie Rodigues

L’Histoire

Au cours de notre chemin, l’Histoire de cette voie de commerce resurgit par intervalle. Sur cette photo, on voit la trace des roues des chars de commerce laissés dans la roche au fur et à mesure des passages répétés sur des centaines d’années.

 

aoste, italie, via francigena, alpes, randonnée

Traces des roues dans la roche ©photo Romain Le Pemp

Mais c’est aussi l’Histoire militaire avec notamment Napoléon comme on a pu le voir au col du Grand-Saint-Bernard.

Enfin c’est l’Histoire religieuse qui avec ces nombreuses églises et chapelles nous rappelle que de nombreux pélerins ont empruntés jadis, mais aujourd’hui encore cette voie.

Les rencontres

La Via Francigena ne connait pas la fréquentation du Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle et c’est tant mieux. Cela permet de vraiment profiter et de pouvoir adapter au jour le jour son programme et ses hébergements. Il est aussi plus facile de prendre le temps de discuter avec les personnes faisant également ce chemin, car il faut bien le dire, comme il y a peu de monde on arrive facilement à se retrouver le soir dans les villes étapes ou à se doubler sur le sentier.  On n’a également pas l’impression d’être la X ème millième personnes à passer et à dormir dans ces endroits, du coup la discussion et les échanges sont plus naturels et sincères, je pense, avec les locaux rencontrés. L’accueil qui nous a été réservé par les locaux était toujours très bon, chaleureux et amical.

Nous avons rencontré des personnes charmantes et intéressantes durant nos 7 jours. On aurait pu s’attendre à croiser beaucoup de français ou d’italiens, mais c’est majoritairement d’autres nationalités que l’on a rencontré, notamment des allemands, belges, un japonais et une mention particulière pour notre ami suisse Maurice. La Via Francigena met tous les pèlerins ou randonneurs sur un même niveau et permet ainsi des rencontres aussi bien inattendues, qu’étonnantes.

Informations sur les 7 étapes parcourues

Bourg-Saint-Pierre – Col du Grand-Saint-Bernard : 13 km, 1100 m de dénivelé positif (d+), nuit à l’hospice du Grand-Saint-Bernard : belle étape sur sentier, dommage que l’on voit autant les voitures/motos monter au col. Superbe accueil à l’hospice, nous recommandons vivement 👍👍.

Col du Grand-Saint-Bernard – Etroubles : 14 km, 1300 m de dénivelé négatif (d-), nuit avec bon rapport qualité/prix dans la Casa Alpina Sacro Cuore.

Etroubles – Aoste : 16 km, 500 m d-, nuit dans une location d’appartement via Airbnb. Centre ville très agréable, avec de nombreux vestiges romains.

Aoste – Châtillon : 30 km (notre étape la plus longue), 620 m d+, 650 m d- ,   Nuit dans l’hôtel Rendez-Vous, bon rapport/qualité prix.

Châtillon – Verrès : 19 km, 670 m d+ , 850 m d- , nuit à Il Casello à éviter 👎.

Verrès – Pont-Saint-Martin : 15 km, 200 m d+ , 220 m d- , nuit dans le camping Montbarone. Super accueil et notre meilleur rapport qualité prix du séjour 👍👍👍. La propriétaire met à disposition des pèlerins ou randonneurs en itinérance, une caravane privative avec un auvent en bois. Il y a aussi la piscine pour se rafraichir. Nous recommandons fortement.

Pont-Saint-Martin – Ivréa : 22 km, 360 m d+ , 460 m d- . Retours à la voiture que nous avions laissé une semaine avant. Nous avions fait le trajet entre Ivréa et Bourg-Saint-Pierre en train (Ivréa / Aoste) puis en bus (Aoste / Bourg-Saint-Pierre).

Niveau matériel, restez light, mais pensez que :
– l’itinéraire monte à 2500 mètres d’altitude où la météo peut vite changer.
– vous restez des heures dehors, donc prévoir les différentes éventualités de temps, de la chaleur, à la pluie et au froid.
– en juin nous avons eu chaud, même très chaud, heureusement il y a pas mal de point d’eau tout le long du parcours et nous avons aussi su profiter des arroseurs automatiques 😉.
– on randonne sur des bons sentiers, des chemins carrossables ou des routes peu fréquentées, donc oubliez vos grosses chaussures de montagne.

La suite

Nous allons continuer cette voie jusqu’à Rome, en plusieurs grands tronçons, à pied ou en vélo en fonction des régions traversées. Vous pourrez nous suivre étape par étape sur la page Facebook et le compte Instagram du blog et ensuite via d’autres articles sur le blog.

 

N’hésitez pas à laisser vos questions, remarques, avis en commentaire, j’y répondrai rapidement.

2 Commentaires
  • cart45
    Publié à 18:46h, 09 octobre Répondre

    Bonjour et merci pour ce beau compte-rendu! ça donne envie de se lancer et de redécouvrir ces trajets historiques. Certaines photos m’ont rappelé les superbes vacances que nous avons passées dans l’Oberland bernois, à Adelboden; beaucoup de randonnées magnifiques également. Je vous souhaite une très bonne continuation sur ce chemin, car c’est bien connu, toutes les routes mènent à Rome! 😉

    • Romain
      Publié à 22:15h, 09 octobre Répondre

      Merci pour ce retour. L’Oberland n’est pas si loin que ça à vol d’oiseau 😉
      Je ne sais pas si tous les chemins mènent à Rome mais lui c’est sûre que oui !!!

Publier un commentaire

144 Partages
Partagez144
Tweetez
Partagez