Choix frein à patin ou à disque en cyclisme : retour d’expérience

choix freins vélo de route

Choix frein à patin ou à disque en cyclisme : retour d’expérience

Si vous êtes à la recherche d’un nouveau vélo de route neuf ou d’occasion, vous êtes sûrement en train de vous demander quel choix faire entre les freins à patins et les freins à disque ? Du coup vient fatalement la question, quelles différences entre les freins à patins et les freins à disques pour un vélo de route ?
M’étant posé ces mêmes interrogations il y a peu de temps, je vais vous livrer ici mon retour d’expérience, j’espère que ça pourra vous aider.

Pourquoi le disque arrive si tard dans le cyclisme ?

Si vous êtes VTTiste et que vous vous mettez au cyclisme, vous ne comprenez pas pourquoi les marques de vélo de route ne se mettent que maintenant aux freins à disques. Et oui c’est pas une nouveauté en VTT ou en cyclo cross. La raison invoquée est que les freins à disques étaient interdits en compétition, car ils pouvaient blesser en cas de chute collective. Ensuite l’absence de boue sur les jantes en comparaison du VTT n’avait pas poussé les cyclistes à se doter d’équipements plus puissants et réguliers pour le freinage. Enfin, en cyclisme c’est la course au poids et à l’aérodynamisme, sur ces points les patins sont plus compétitifs.  Mais ça c’était avant !! Dorénavant autorisés par l’Union Cycliste Internationale en compétition, les disques sont désormais bien présents dans les pelotons, notamment celui du Tour de France.

Avantages et inconvénients des freins à disques ?

  • Meilleur freinage
  • Freinage constant quel que soit le temps
  • N’abîme pas la jante
  • Plus à la mode, donc vélo plus facile à revendre
  • Plus chers
  • Plus lourds
  • Font parfois un peu de bruit

Avantages et inconvénients des freins à patins ?

  • Moins chers
  • Plus légers
  • Entretien simple
  • Freinage dégradé sur route mouillée
  • Freinage inconstant en fonction des conditions météorologiques ou de l’usure
  • Freinage qui abîme un peu la jante avec le frottement des patins

Mon passage des freins à patin aux freins à disque en cyclisme

En commençant le cyclisme en 2018, mon premier vélo d’occasion était monté avec des patins. Aimant bien l’activité, j’ai changé de monture en 2019 pour avoir un vélo qui me correspondait plus.  J’ai longuement hésité entre les deux options, patins ou disques. C’est vrai que je n’avais pas eu de problème particulier avec les patins, mais à quelques reprises en descendant des cols de montagne, j’aurais préféré avoir un meilleur freinage.

Après avoir cherché et comparé, en analysant à chaque fois les modèles avec patins et avec disques, il fallait se rendre à l’évidence que le futur du cyclisme passerait par les freins à disques. Il suffit de regarder les gammes chez les marques de vélo, une grande partie des vélos proposés le sont avec des disques maintenant. Certes je ne suis pas dupe, le marketing aidant, c’est un bon levier pour les marques d’inciter à renouveler le parc.

Bref, c’est donc sur un vélo avec freins à disque que je roule désormais, le Scott Addict 10 Discs.

cyclisme tourmalet statue
La statue n'a pas de frein, ça évite les débats ©photo Romain Le Pemp

La technique de freinage avec les freins à disque en cyclisme

Je vous livre ici ma manière de faire. Avec les freins à disque, la manière que j’ai de freiner se fait par à coup sec et non de manière progressive et continue. Je fais ça pour éviter que les plaquettes ne chauffent trop les disques sur les longues descentes de col avec de fortes vitesses. Je fait attention à ne pas bloquer les roues lors du freinage, ça peut vite arriver avec le freinage à disque qui freine instantanément.

En ce qui concerne les freins avant et arrière, sur sol sec, il est recommandé de privilégier un freinage principalement sur l’avant et un peu sur l’arrière, en maintenant votre poids vers l’arrière bien assis sur la selle et en enfonçant bien vos mains dans le guidon. En cas de route glissante (pluie ou gravillon), mettez un moins de frein avant. De même que si vous devez freiner avec le vélo incliné (il vaut mieux anticiper pour éviter à avoir à le faire), faites le avec le frein arrière. Le principe général de mise en virage est le même qu’en vélo à patin, avec jambe extérieure tendue, freinage avant le virage et choix d’une trajectoire extérieure vers l’intérieur du virage avec le regard qui va chercher loin devant.

Un rodage des plaquettes est nécessaires lorsqu’elles sont neuves. Il faut sur route plate à allure modérée faire une succession de freinage, laisser refroidir un peu et renouveler l’opération.

Mon retour d’expérience du frein à disque en cyclisme

Après une saison estivale à rouler en montagne avec les freins à disque, je peux vous livrer un retour d’expérience assez précis.

Durant l’été 2019, j’ai pu faire quelques beaux cols dans les Alpes, Pyrénées et le Massif-Central, notamment le Soulor, l’Aubisque, le Tourmalet, l’Aspin, le Hautacam, le Galibier, le Mont Ventoux par les 3 côtés, et d’autres cols moins connus.

Bref, le vélo et les disques ont vu pas mal de descentes de cols de montagne et je dois dire que j’ai apprécié d’être passé sur les disques, le freinage est très bon et surtout identique quelque soit la météo. Cela amène de la sérénité et de la sécurité sur route mouillée notamment, avec pour tests la descente du Galibier sur route trempée par le brouillard et la pluie/neige, ou dans les descentes du Ventoux dans les nuages avec la route mouillée.

Par contre, lorsque l’on freine un peu trop, ça ne pardonne pas, on peut vite se retrouver avec la roue arrière bloquée, donc bien répartir le freinage sur les deux roues et y aller par à coup. Je me suis fait une petite frayeur d’ailleurs dans la descente d’Hautacam lors de ma première sortie avec ce vélo. J’ai trop freiné, bloquant la roue arrière, c’était sur tout sèche, c’est passé.

Les inconvénients que j’ai à reprocher aux freins à disque: c’est tout d’abord les bruits que font parfois les disques. Ce n’est pas systématique, mais quand ça apparait c’est assez énervant. Lorsque ça commence un coup de frein sec permet généralement de le faire partir. Le deuxième est le prix, la différence pour un même vélo entre patin et disque est de 400€ environ, pas donné. Enfin, pour l’entretien, je ne l’ai pas encore testé mais les plaquettes de disque, les disques et la purge demandent plus de temps et d’argent que le câble et les patins.

sommet du ventoux cyclisme
Sommet du Ventoux sans vue ©photo Romain Le Pemp
galibier cyclisme
Col du Galibier sans vue ©photo un touriste

Les freins à disque en cyclisme, pour la montagne

En résumé, si comme moi vous roulez surtout en montagne, les disques sont un bon choix, afin d’avoir un meilleur freinage pour les descentes et être plus serein lorsqu’il pleut ou que la route est mouillée.

Si vous roulez surtout sur des routes vallonnées et en plaine, il y a peu d’intérêt, sauf pour anticiper une revente plus facile de votre vélo plus tard quand les disques seront peut-être devenus « la norme ».

Si vous avez une question ou un retour d’expérience à partager, n’hésitez pas à les inscrire en commentaire, j’y répondrai avec plaisir.

2 Comments
  • Philippe Delluc
    Posted at 22:52h, 29 juin Répondre

    Merci Romain Très intéressant même si on s’en doutait un peu . . Surtout les conseils et avertissement dur je risque de blocage de la roue arrière , Dong les conséquences song plus fâcheuses qu’en vtt ou s’est d’ailleurs utile et recherche. Je l’indiquerai à mon fils ( je l’ai un peu poussé à acheter des disques en finançant la différence , tu peux rajouter aux avantages du disques : rassuré les parents , permet au jeune de justifier l’achat du plus beau vélo plus cher)
    À plus
    Philippe

    • Romain
      Posted at 06:13h, 30 juin Répondre

      Salut Philippe, merci de ton retour ! c’est effectivement des arguments auxquels je n’avais pas pensé ! D’ici peu tous les vélos seront avec les disques, y’a qu’à voir les gammes chez les marques. Tu me diras si ton fils est content de ses disques ! A+

Post A Comment